Animation Juliette Mignot, Myriam Khodry et Marie-Alexandrine Sicre

La variabilité décennale du climat fait intervenir la mémoire de l’océan et le LOCEAN, au sein de l’IPSL, est naturellement devenu un acteur majeur de cette thématique au niveau national. En collaboration avec les équipes Toulousaines (CERFACS et CNRM) et de par son intégration à l’IPSL, le LOCEAN a notamment contribué aux exercices CMIP qui alimentent les rapports du GIEC. Le laboratoire a une expertise reconnue au niveau international sur la compréhension des mécanismes de la variabilité et de la prévisibilité décennale. Elle s’appuie également sur la complémentarité observations – modélisation passée, présent et futur, force du laboratoire.

Les équipes du LOCEAN s’attachent à comprendre, percevoir et détecter le changement climatique dû aux activités humaines. Cela demande d’identifier la variabilité interne qui se produit notamment à l’échelle décennale et le prochain quinquennal renforcera cet axe. Les séries d’observations traditionnelles in situ et obtenues au moyen de la télédétection, par exemple au LOCEAN, sont précieuses mais trop courtes pour cette identification. Les données paléoclimatiques, en particulier sur le dernier millénaire, permettent une plus longue perspective mais ont souvent une couverture spatiale plus faible. Utilisées ensemble et en conjonction avec la modélisation, ces observations permettront aux équipes du LOCEAN de comprendre les mécanismes de la variabilité décennale, sa prévisibilité et l’effet des forçages externes, qu’ils soient naturels (volcanisme, solaire) ou anthropiques. Une telle synergie observations – modélisation passée, présent et futur telle qu’organisée autour de l’échelle décennale au LOCEAN est unique au sein du paysage national. Le LOCEAN sera à nouveau au coeur des exercices de prévisibilité décennale en réalisant les simulations CMIP6 pour l’IPSL. Enjeu phare des années qui viennent, le LOCEAN pilotera un exercice inédit de reconstruction du climat depuis 100 ans dans le cadre du Labex L-IPSL. Ceci permettra de mieux comprendre la variabilité décennale dans l’Atlantique Nord, l’Indo-Pacifique, dans les milieux polaires ou tropicaux et de décrire l’influence respective des forçages externes et de la variabilité interne. Cela demandera, entre autres, de poursuivre l’amélioration de la modélisation du forçage volcanique.

En synergie avec le développement de séries climatiques à haute résolution et couvrant plus d’une dizaine de décennies (salinité de surface dans la gyre subpolaire, salinité et température dans le Pacifique équatorial à l’aide de coraux, …), cette thématique émergente de reconstruction et prévision de la variabilité climatique à l’échelle de temps décennale viendra structurer de nombreux projets de recherche dans les prochaines années, et permettre de mieux comprendre la variabilité climatique passée et ainsi mieux anticiper son futur et ses impacts.




sponsor sponsor sponsor sponsor sponsor sponsor

Contacter le webmaster