Animation Diana Ruiz-Pina et François Colas

Les grands systèmes d’upwelling (EBUS) suscitent un intérêt scientifique particulièrement vif, avec des problématiques communes très fortes entre ces systèmes et des questions scientifiques transverses. Les EBUS concentrent également des enjeux de société considérables: ils sont parmi les zones les plus productives de l’océan mondial et accueillent des écosystèmes marins très riches dont l’exploitation est essentielle pour l’alimentation mondiale et l'économie des pays riverains. Les régions continentales adjacentes aux bords Est abritent des zones très arides qui sont la source d’aérosols désertiques pouvant moduler les flux à l’interface océan-atmosphère via le bilan radiatif régional, et où les ressources en eau représentent un enjeu agronomique, économique et social majeur. Certaines de ces questions, bien identifiées et socialement importantes offrent des opportunités intéressantes en termes de structuration de la communauté OA (cf prospective INSU 2017-2022).

Le LOCEAN est en pointe sur plusieurs thèmes de recherche liés aux EBUS identifiés dans la prospective INSU: le rôle de ces régions dans le système climatique; le fonctionnement trophique des écosystèmes d’upwelling et ses perturbations ; le cycle de l’oxygène dissous en lien avec les grandes OMZ; la connaissance de la variabilité basse fréquence des EBUS et de leur devenir grace aux paléo-reconstructions; le fonctionnement dynamique et écologique des zones côtières/littorales bordant les EBUS (cf axe “du grand large au côtier”). Certains de ces thèmes sont également l’objet d’études dans d’autres régions océaniques également sujettes au processus d’upwelling (Mer d’Arabie, Patagonie).

Durant le quinquennat écoulé les chercheurs du laboratoire se sont appuyés sur de nombreux projets (ANR, FP7) et trois laboratoires mixtes internationaux (Afrique de l’Ouest/système des Canaries, Pacifique Est/système du Humboldt, Inde/upwellings de la mer d’Arabie) pour mener ces recherches. La période actuelle est une période de transition dans laquelle de nouveaux projets sont en montage, et en particulier le Laboratoire Mixte International ECLAIRS en cours de renouvellement. Les grandes orientations pour le prochain quinquennal seront les suivantes:

  • une plus grande intégration en échelles en poursuivant les études des effets dans la grande échelle (contexte climatique régional, downscaling) jusqu’aux fines échelles côtières voire littorales auxquelles se manifestent de nombreux impacts (épisodes de désoxygénation localisés, blooms d’algues toxiques …)
  • une plus grande intégration en disciplines (prise en compte du compartiment sédimentaire pour la biogéochimie en particulier sur la zone péruvienne et la large marge continentale Ouest-Indienne; effet des conditions hydrodynamiques sur les espèces marines et les tendances à l’a
  • cidification).

L’expertise du LOCEAN sur les modes de variabilité climatique et océanique de grande échelle et la dynamique climatique à l’interface air-mer permettront de replacer les modulations du système d’upwelling dans le contexte climatique et écosystémique régional. Les travaux menés s’appuieront sur des développements de la modélisation biogéochimique pour les environnements côtiers (cf. axe “Du grand large au côtier” ci-dessous), l’expertise du LOCEAN en modélisation physique des fines échelles, des actions d’observation tirant parti des capacités de déploiements du laboratoire et de ses partenaires (gliders, mouillages, capteurs low-cost, campagnes adaptatives interdisciplinaires, microstructure) et des approches comparatives entre les différents systèmes et secteurs étudiés au LOCEAN (Humboldt, Canaries, Benguela, Mer d’Arabie).




sponsor sponsor sponsor sponsor sponsor sponsor

Contacter le webmaster