NEMO R&D

Reponsable : Julie Deshayes

Composition de l’équipe

Personnels permanents (fonction/affiliation)

  • Olivier Aumont, CR, IRD
  • Casimir de Lavergne, CR, CNRS
  • Julie Deshayes, CR, CNRS
  • Christian Éthé, IR, CNRS
  • Claire Lévy, CR, CNRS
  • Gurvan Madec, DR, CNRS
  • Nicolas Martin, IE, SU
  • Sébastien Masson, PO, CNAP
  • Clément Rousset, IR, CNRS
  • Sybille Téchené, IR, CNRS
  • Martin Vancoppenolle, CR, CNRS

Prospective

L’équipe NEMO R&D est formée de scientifiques permanents (DR, CR, PO, IR et IE), affiliés aux tutelles IRD, CNRS et UPMC via l’OSU ECCE-TERRA, auxquels s’associent thésards et CDD. Leurs expertises couvrent les 3 composantes marines. Logiquement, leurs problématiques scientifiques présentes et futures concernent ces 3 compartiments : l’océan physique (“océan bleu”), la glace de mer (“océan blanc”) et la biogéochimie marine (“océan vert”). Leurs questionnements portent sur la compréhension et la représentation de processus physiques et biogéochimiques observés potentiellement importants pour le système climatique. L’équipe s’intéresse aux processus qui sont explicitement représentés ou paramétrisés dans les modèles, qu’elle contribue à développer, mais également aux processus ou mécanismes de variabilité qui émergent aux plus grandes échelles, de simulations réalisées en conditions idéalisées ou réalistes. Les questions scientifiques qui sont ou seront adressées, sont résumées ci-dessous:

 

Circulation thermohaline : quelles sont les sources d’énergie du mélange intérieur et profond et quel est le rôle de la couche limite de fond ?

Effet des fines échelles océaniques : comment les introduire dans les modèles de climat (méthodes déterministes et stochastiques) ?

Interactions océan / glace / atmosphère : comment améliorer la représentation des couches limites à leurs interfaces ?

 

Les modèles de glace de mer : quels sont les processus dont la représentation est à améliorer pour les grandes et fines échelles ?

Les processus de fine échelle aux hautes latitudes : quel est leur rôle dans 3 régions clés qui ont un impact singulier et significatif sur le climat (une polynie côtière au Svalbard, la Mer du Labrador et la mer de Weddell) ?

Quel est l’impact de la calotte Antarctique sur l’océan global ?

 

Quelle est la contribution de la glace de mer à la production biologique dans les océans polaires ?

Comment mieux représenter la matière organique dans les modèles biogéochimiques (labilité, évolution, biodiversité…) ?

Quel est le rôle des ice-shelves, icebergs et glace de mer sur les géotraceurs marins (Fe) ?


 Les activités de recherche et développement, entreprises pour répondre à ces questions scientifiques, alimentent le plan stratégique de développement de NEMO. En effet, l’équipe NEMO R&D comprend 8 membres de la NEMO System Team, l’équipe du consortium européen NEMO responsable du développement et de la distribution du code NEMO. La plupart de ces membres contribuent également à l’expertise pour le développement de CROCO. De ce fait, les collaborations nationales et internationales de l’équipe sont nombreuses (LJK, IGE, LOPS, CNRM, LMD, LSCE, LEMAR, LEGOS, MERCATOR-Océan et, à l’international, les partenaires du consortium NEMO, BAS, NOCS, UCL, ULB, UNIS, UWS, UTAS).

L’équipe NEMO R&D intervient sur presque tous les chantiers géographiques du LOCEAN:

  •  (au sud) le Pérou-Chili, l’Océan Indien, l’Afrique Australe, l’Afrique de l’Ouest
  • (hautes latitudes) le Svalbard, l’Océan Arctique, l’Océan Austral, la Mer de Weddell
     mais la majeure partie des activités de NEMO R&D concerne l’océan global et les éléments fondamentaux de la dynamique océanique globale (circulation thermohaline, glace de mer, courants de bord ouest…).

Ces activités contribuent directement aux objectifs du groupe IPSL-CMC pour la préparation et la validation du modèle Système Terre IPSL-CM, et la réalisation des simulations pour le projet CMIP. Elles couvrent l’ensemble des activités de modélisation pour la recherche en océanographie à l’exception de l’assimilation de données : analyse de données d’observations à partir desquelles les représentations des processus sont développées, écriture de schémas numériques, développements de paramétrisations, développements de configurations, réalisations d’expériences et l’analyse de simulations en comparaison aux observations. La proximité de ces différentes activités au sein d’une seule et même équipe, permet de multiplier les collaborations tant officielles qu’informelles, de tirer un maximum de profit des expertises disponibles, et in fine d’accroître les motivations individuelles




sponsor sponsor sponsor sponsor sponsor sponsor

Contacter le webmaster