Austral Boréal Carbone (ABC)

Responsable : Christine Provost

Composition de l’équipe

Personnels permanents (fonction,affiliation)

  • Isabelle Durand IE, MNHN
  • Jean-Claude Gascard, DR Em, CNRS
  • Natahlie Lefèvre, CR, IRD
  • Young-Hyang Park, PR Em, MNHN
  • Christine Provost, DR, CNRS
  • Mehrad Rafizadeh, IR, CNRS
  • Nathalie Sennéchael, MC, MNHN
  • Sabine Février, MC, SU
  • Jérôme Sirven, MC, SU

Notre objectif principal est d’observer et comprendre la variabilité et l’évolution (synoptique, interannuelle à décennale) des propriétés physico-chimiques des masses d’eau, de la circulation, des apports d’eau douce, des interactions océan-glace/neige-atmosphère, des flux de chaleur (méridien) dans les océans polaires et l’Atlantique tropical. Les questions scientifiques auxquelles se rattachent nos études ont été identifiées comme des enjeux scientifiques majeurs dans la prospective du laboratoire. Nos actions se situent également dans les chantiers prioritaires: Arctique, Antarctique et Amérique latine : Argentine et Brésil, Atlantique tropical et Afrique de l’Ouest.

L’équipe s’appuie sur des réseaux d’observations physiques et biogéochimiques et les combine à des données acquises lors de campagnes en mer, à des mesures spatiales, à des simulations numériques et à des réanalysesde centres opérationnels (Mercator- Océan, Mercator Vert, ECMWF). Nous avons une importante activité de développement instrumental pour l’amélioration des observations in situ.

Nos actions prioritaires sont :

  • la caractérisation des flux horizontaux et verticaux des propriétés physico-chimiques dans les océans polaires et l’Atlantique Tropical (incluant rôle de la méso et subméso échelle) (thèmes 1 et 2, axes 1, 2, 3, 4, 5, 10, 12) - l’étude des causes et impacts du retrait des glaces de mer en Arctique et en particulier de la réponse de l’océan (physique et biogéochimie) à la variabilité de l’étendue de la glace de mer (thèmes 1, 2, axes 1, 2, 3, 4, 5, 10, 12).
  • l’étude de l’évolution de la capacité d’absorption de CO2 et acidification de l’océan (thème 2, axes 1, 2, 3, 4, 5, 10, 12)

Les activités de l’équipe sur l’Austral vont se focaliser sur le chantier Udintsev fracture zone (Pacifique Sud) (Projet Phantom-2 soutien CNES- coopération Corée), le Passage de Drake et le Bassin Argentin (Projet Cassis-Malvinas- coopération Argentine- soutien CNES).

Les activités sur l’Arctique s’articulent autour du projet EQUIPEX IAOOS de mise en place d’un réseau de plateformes instrumentées dérivantes en arctique. Le réseau activé en 2015 est maintenu par des déploiements réguliers dans le cadre de coopérations internationales (Allemagne, Corée, Russie, Norvège). IAOOS initialement prévu pour l’observation de paramètres physiques (océan, glace, neige, atmosphère) s’étend maintenant à l’observation de paramètres biogéochimiques. Le projet ANR MACAO (Measuring Acidification in the ArcticOcean) va permettre des mesures fiables de pH dans l océan arctique qui est particulièrement touché par l’acidification. Les réanalyses du centre Européen (ECMWF) sont utilisées pour analyser l’évolution de la banquise Arctique en fonction des «Freezing Degrees Days»(FDD) au cours des 4 dernières décennies et comparer les résultats à des sorties de modèles (PIOMAS). En continuation du projet EU FP7 ACCESS, des opérations glider vont se développer en été en zone marginale de glace voire sous la glace. Le projet Belmont Forum « Pan Arctic Options » se focalise sur l’Arctique Central.

L’équipe ABC contribue à l’observation de fCO2 dans l’Atlantique (projet H2020 ATLANTOS) à l’aide de capteurs CARIOCA sur bouées PIRATA (observatoire labellisé PIRATA-CO2) et de systèmes CO2 embarqués sur navires marchands (observatoire labellisé SSS-CO2). Les observations régulières du CO2 alimentent la base de données SOCAT chaque année et contribuent aux synthèses régionales et aux bilans de carbone planétaire annuels. Des études spécifiques sont menées à l’échelle régionale en partenariat avec le Brésil avec un transfert d’expertise à la fois technique et scientifique sur la thématique CO2. Le renouvellement de l’INCT AmbTropic (phase 2) a pour objectif l’établissement d’un laboratoire de référence pour le CO2 à l’UFPE.

En Atlantique tropical ouest, les mesures régulières entre la France et la Guyane (H2020 ATLANTOS) ainsi que les mesures côtières réalisées dans les eaux brésiliennes (INCT AmbTropic phase 2, DICAM) permettent de mieux documenter et comprendre l’impact du panache de l’Amazone sur le bilan du CO2 en Atlantique tropical. Le panache amazonien crée un puits de CO2 important dans l’Atlantique tropical ce qui réduit la source de CO2 d’environ 10% par rapport aux estimations actuelles du bilan de CO2 dans cette région




sponsor sponsor sponsor sponsor sponsor sponsor

Contacter le webmaster